Ressources

15 mai 2020 : chiffres actualisés du sondage auprès des acteurs des Pays de la Loire

Infos pros

Etat de la situation au 15 mai 2020

A j + 5 après le début du déconfinement, 175 réponses ont été recueillies lors de notre sondage lancé le 15 mars dernier avec les autres pôles culturels des Pays de la Loire et de nombreuses structures régionales du livre en France.

Pour mémoire, nous recensons dans notre annuaire en ligne près 2 143 acteurs dans la filière livre et lecture des Pays de la Loire. Ces réponses représentent donc 8% des personnes concernées. On peut considérer que les répondants sont des personnes et structures particulièrement touchées par la crise : les éditeurs, les libraires et les auteurs y sont majoritaires.

 

 

Répartition des répondants

Les 4 grands métiers de la filière (auteurs.trices, éditeurs.trices, libraires et bibliothécaires) sont à présent assez bien représentés dans les réponses, et cela permet d’avoir une vision panoramique.

La composition des répondants est la suivante :

  • 23% auteurs.trices, illustrateurs.trices ou traducteurs.trices
  • 21% éditeurs.trices
  • 21% libraires
  • 14% bibliothécaires
  • 10% travailleurs indépendants
  • 3% organisateurs d’évènements
  • 3% collectivités
  • 2% enseignants.tes/formateurs.trices et organismes de formation
  • 2% autres (imprimeur, radio associative, théâtre…)

 

Segments de métiers

La répartition des répondants en segments de métiers (identifiés avec les autres filières culturelles) permettra de faciliter des comparaisons ultérieures.

  • Secteur de la création : 23%

Comprenant 93% d’auteurs.trices, illustrateurs.trices et traducteurs.trices et 7% d’artistes-auteurs qui n’interviennent pas de manière majoritaire dans le champ du livre.

A noter que 39% des personnes du secteur de la création déclarent une multi-activité (travailleur indépendant en majorité).

  • Production : 22%

Dont 97% d’éditeurs et 3% d’imprimeurs

  • Diffusion-commercialisation : 41%

Dont 50% de libraires, 34% de bibliothécaires, documentalistes et archivistes, 15% de structures littéraires et évènements

  • Prestation : 10% (travailleurs.euses indépendants.es)

  • Formation : 4%

 

Statuts des répondants

  • 26,8% sont constitués en société (SA, SARL, EURL)

  • 30,8% sont auto-entrepreneurs ou entrepreneur individuel

  • 3,3% sont en coopérative, scoop, scic

On assiste à une nouvelle accentuation du caractère économique des répondants qui représentent à présent 60,9% du total.

  • Par ailleurs, 15% des répondants sont des associations

  • et 16,4% sont des collectivités ou des établissements publics

 

Evaluation des pertes : emploi et chiffre d’affaire

Au moins 800 personnes ont été impactées par l’interruption des services pendant le confinement, et 147 personnes sont concernées par une perte d’emploi directe et complète (contre 111 semaine du 3 avril).

Plus de 5 350 actions et/ou publications ont été annulées ou reportées pour les seuls 175 répondants (contre environ 1 000 début avril).

L’évaluation des pertes sur 3 mois pour les seuls 175 répondants se situe autour de 4 300 000 €, dont 3 100 000 € se rapportent directement au champ de la librairie.
Personne ne parvient évidemment à faire de projections rationnelles sur les mois à venir (période estivale comme rentrée).

 

Tailles des structures

  • 68% des structures fonctionnent avec 1 seule personne

  • 81% se situent en deçà du seuil de 5 salariés et/ou associés

  • et 6% déclarent de 10 à 20 salariés ou agents

 

Impact

  • 55,6% sont concernés directement par des annulations d’actions ou de fortes baisses du nombre de commandes

  • 31,8% des répondants sont concernés par des problèmes de livraison (éditeurs, imprimeur, libraires)

  • 33,3% ont été concernés par la fermeture de leur lieu de travail et/ou magasin (le fort taux de travailleurs isolés ne disposant pas de bureau explique sans doute ce chiffre relativement bas si on le compare au reste de la société)

La question des salons et évènements est cruciale pour tout le monde, avec des chiffres très homogènes malgré l’hétérogénéité des répondants. Cette situation souligne l’inter-dépendance des acteurs entre eux. Et même si les organisateurs de salon ne sont pas majoritaires parmi les répondants, on peut constater un très fort impact de la suspension de leurs actions :

  • 33,3% des répondants signalent qu’ils sont impacts par l’annulation ou le report de salons et foires
  • 29,4% ne pourront y exposer leur travail
  • 34% que leur intervention ne pourra s’y tenir

Enfin, corrélativement aux chiffres ci-dessus, 27,5% des répondants signalent qu’ils n’ont plus d'interlocuteur pour évaluer l’avenir des opérations reportées ou annulées, ni pour envisager de nouvelles actions.


 

Maintien des activités

  • 34% des répondants estiment à présent que la situation met en danger la pérennité de leur activité à court et à moyen terme.

  • et 40% sont encore dans l’expectative. Encore beaucoup d’incertitudes à la clé, donc.
  • Seuls 26% pensent à ce jour pouvoir maintenir leur activité après la crise.

Recours - des chiffres mouvement

  • BAISSE : 13,9% seulement des répondants se sont rapprochés de leur banque ou de leur assurance pour une possible aide économique (contre 21% début avril)

  • 67,5% ne l’ont pas fait et 7,9% ne savent pas qui contacter (soit 75,4% des répondants !).

Ces chiffres parlent de la très petite surface de nombreuses structures et porteurs de projets, qui pour la plupart ne sont pas solvables et n’entrent pas dans le périmètre des banques.

  • 22,5% comptent faire appel ou font déjà appel au dispositif de chômage partiel

  • HAUSSE : 12,6% seulement comptent sur des reports de charges, car l’avenir leur fait peur (14% début avril).

  • HAUSSE : Enfin, 44,1% misent sur une demande d’aide exceptionnelle aux institutions publiques (38,7% début avril).

 

 

 

 


Etat de la situation au 3 avril 2020

Au 3 avril, 133 réponses nous sont parvenues. Répondre à l'enquête

Répondants

Deux semaines après le lancement de notre questionnaire, les répondants se répartissent comme suit : 

  • Secteur de la création : 21%
  • Production : 27%
  • Diffusion-commercialisation : 41%
  • Prestation : 13%

De manière plus détaillée, la composition des répondants est la suivante :

  • 21% auteurs.trices, illustrateurs.trices ou traducteurs.trices
  • 13% travailleurs indépendants
  • 26% éditeurs.trices
  • 11% libraires
  • 16% bibliothécaires
  • 2% organisateurs d’évènements
  • 4% collectivités
  • 4% enseignants.tes/formateurs.trices et organismes de formation
  • 2% autres (imprimeur, radio associative (livre audios)…)

Les bibliothèques apparaissent à présent plus largement au nombre des répondants. 
En valeur absolue, les réponses sont aussi enrichies par celles des libraires et des éditeurs qui ont eu besoin de plus de temps que les artistes-auteurs et les indépendants pour procéder à leur propre état des lieux, à la fois commercial et personnel.
Les absents sont à ce jour les organisateurs d'évènement. On peut penser que l'impact de la crise est pour eux à la fois :

  1. indirect (les festivals littéraires ne sont pas des opérations commerciales, et les structures vivent de bénévolat et d'argent public),
  2. différé (annulation ou report majoritairement d'un ou plusieurs évènements ponctuels)
  3. difficile à comptabiliser quand cette activité s'inscrit dans un champs plus large (scène nationale par exemple)

Statut des répondants

  • 40% sont constitués en société (SA, SARL, EURL)
  • 19% sont auto-entrepreneurs
  • 16,5% sont des associations
  • 17,3% sont des collectivités ou établissements publics

Sans surprise, le caractère économique des répondants est très représenté. Près de 60% d'entre eux déplorent des interruptions complètes de revenus.
Parmi les commentaires récurrents, la difficulté de prendre en référentiel le CA de mars-avril 2020 est soulignée : l'impact financier direct ne sera visible comptablement que d'ici plusieurs mois.

Tailles des structures

  • 51,5% des répondants sont des gérants-travailleurs non salariés
  • 62,1% des structures fonctionnent avec 1 seule personne
  • 76% se situent en deçà du seuil de 5 salariés et/ou associés
  • et 13,7% déclarent de 10 à 20 salariés ou agents

Impact

  • 52,7,4% sont concernés directement par des annulations ou de fortes baisses du nombre de commandes
  • 31,8% par des annulations ou reports de salons et foires
  • 31,8% par des problèmes de livraison

=> par rapport aux réponses de la semaine du 27 mars, ces proportions ont tendance à baisser au profit de nouvelles données :

  • 34,5% sont concernés par la fermeture de leur lieu de travail et/ou magasin

  • 25% n'ont plus d'interlocuteurs

Au total, plus de 1000 actions et/ou publications ont été annulées (environ 600 déclarées la semaine du 27 mars) et les répondants évaluent à présent à 111 le nombre de personnes impactées directement par une possible perte d’emploi ou suppression de revenus (78 la semaine du 27 mars).

  • 40% des répondants estiment à présent que la situation met en danger la pérennité de leur activité à court et à moyen terme.
  • 30% pensent à ce jour pouvoir maintenir leur activité après la crise.

Recours

  • 21% des répondants se sont rapprochés de leur banque ou de leur assurance pour une possible aide économique (71,3% ne l’ont pas fait)
  • 23,7% comptent faire appel ou font déjà appel au dispositif de chômage partiel
  • 14% comptent sur des reports de charges
  • et 38,7% misent sur une demande d’aide exceptionnelle aux institutions publiques

Répondre à l'enquête

 


État de la situation au 27 mars 2020 

Au 27 mars, 45 réponses nous sont parvenues. Répondre à l'enquête

  • 15,2% auteurs.trices, illustrateurs.trices ou traducteurs.trices
  • 8,7% travailleurs indépendants
  • 45,7% éditeurs.trices
  • 13% libraires
  • 6,5% bibliothécaires
  • 4,3% organisateurs d’évènements
  • 6,5% collectivités
  • 4,3% enseignants.tes/formateurs.trices
  • 2,2% organisme de formation
  • 13% autres (imprimeur, radio associative (livre audios)…)

=> le total n’est pas égal à 100% car les acteurs ont souvent plusieurs casquettes !

Statut des répondants

  • 43,2% sont constitués en société (SA, SARL, EURL)
  • 13,6% sont auto-entrepreneurs
  • 21% sont des associations

Tailles des structures

  • 49% des répondants sont des gérants-travailleurs non salariés
  • et 71,1% des structures fonctionnent avec 1 personne (80% en deçà du seuil de 5 salariés et/ou associés)
  • 6,7% de plus de 10 salariés

Impact

  • 61,4% sont concernés directement par des annulations ou de fortes baisses du nombre de commandes
  • 50% par des annulations ou reports de salons et foires
  • 47,7% par des problèmes de livraison
  • 20,5% des structures ont procédé elles-mêmes à des annulations et 43,2% à des reports.

=> Au total, plus de 604 actions et/ou de publications annulées et 78 personnes impactées directement par une possible perte d’emploi ou suppression de revenus

23,9% des répondants estiment que la situation met en danger la pérennité de leur activité à court terme et 26,1% à moyen et long terme, soit 50% des répondants concernés par une hypothèque sur l'avenir de leur métier.

Recours

  • 15,2% des répondants se sont rapprochés de leur banque ou de leur assurance pour une possible aide économique (67,4% ne l’ont pas fait)
  • 26,3% comptent faire appel au dispositif de chômage partiel
  • 10,5% comptent sur des reports de charges
  • et 47,4% misent sur une demande d’aide exceptionnelle aux institutions publiques

Répondre à l'enquête

Cet article est lié aux articles suivants :