Magazine

C’est quoi ce pays, de Arno Bertina

Livres

Au cœur d’un collège désaffecté au nord d’Angers, onze personnes, représentant neuf pays et trois continents, sont invités à écrire sur leur pays et sur la France. Pour Arno Bertina, un livre “témoignage qui cherche la beauté en l’approchant par la littérature. Lecture de Carole Poujade.

“Comment écrire dans une langue dont on se méfie ? Pour certains, la langue de Molière est d’abord celle de l’école, de l’administration et du pouvoir. Comment puis-je les convaincre que je suis autre chose que cette maîtrise (d’une langue) et que je ne me sers pas du français ou de l’écrit pour les exclure encore une fois, encore un peu plus ?”

C’est par ces interrogations qu’Arno Bertina débute ce livre construit dans le cadre d’un atelier d’écriture et de la collection Mots-nambules. Déjà impliqué en France comme à l’étranger sur des missions d’accompagnement à l’écriture, l’auteur a cette fois posé ses valises à Angers, au contact d’étrangers nouvellement résidents de notre pays.

De belles surprises naissent de ces rencontres, et un travail sur les mots, donc sur la littérature. Il y a Zorik qui vient d’Arménie, Zainutdin du Daghestan, Marie-Madeleine de République Centrafricaine ou encore Fabiola de Colombie...

 “Faire écrire les immigrés sur leur pays d’origine parce qu’il faut aller les chercher là où ils sont.” À partir d’une lettre puis d’un mot, un texte s’invente. Le E devient Énergie pour conter un village d’Arménie. Le B de Bangui donne Bonheur, le M de Makhatchkala Montagne. Le voyage s’achève en France et chacun est invité à écrire une sorte de portrait chinois du pays. 

Les réflexions de l’auteur sur son rôle au sein de l’atelier – est-il un animateur, accompagnateur ou épousseteur de textes... ? – alternent avec les textes des écrivants. C’est un bonheur de découvrir de nouveaux mots, expressions tels enceinter,  blanchir la nuit ou encore souverir, fusion de souvenir et de sourire. 

Il y a du bonheur dans ces échanges car comme l’indique l’auteur, les “tristesses additionnées n’ont fait que céder la place à une petite joie” et les témoignages ont “une pertinence ou une drôlerie susceptibles de serrer le cœur ou de dilater la rate.”

C’est quoi ce pays, de Arno Bertina, Éditions Joca Seria, 73 p., 15 €, ISBN  : 978-2-84809-309-3

portail alip