Magazine

La poète Sophie G. Lucas "en direct" de POESIE FM

Actualités

Des élèves de 3 classes de collèges de Loire-Atlantique ont enregistré sur la radio associative Jet FM, dans les conditions du direct, des chroniques sur une sélection de 7 livres de poésie contemporaine. Parce que la radio est un formidable espace de création, elle permet de dire la poésie à haute voix et de toucher les collégiens. Rencontre avec la poète Sophie G. Lucas.

Depuis 2 ans, la Maison de la Poésie de Nantes et la Bibliothèque départementale de Loire-Atlantique, en collaboration avec Sophie G. Lucas (poète), Julie Auzou (radio JetFM) et Guénaël Boutouillet (médiateur littéraire), invitent trois collèges du 44 à participer à l’action POESIE FM. Ainsi cette année, des élèves des collèges Saint-Blaise à Vertou, Salvator Allende à Rezé et Julien Lambot à Trignac ont découvert la poésie contemporaine. Il en sera de même pour tout futur établissement désirant s’inscrire à POESIE FM à la rentrée 2016.

Sophie G. Lucas nous présente l’intérêt du projet même et revient sur sa propre implication.

Quel a été exactement votre rôle au coeur de ce projet ?
Nous étions en binôme avec Julie Auzou de Jet FM. Sa partie concerne toute la technique, le son, la prise de parole, le corps et le déroulé de l'émission, le micro-trottoir, etc.. Quant à moi, j'ai accompagné les élèves avec les ouvrages de poètes contemporains. Il ne s'agissait pas (surtout pas) d'en faire des commentaires de textes, de manière scolaire. Au contraire, il fallait aider les élèves à aborder cette poésie qui, bien souvent, les bouscule parce qu'elle ne ressemble pas à la poésie apprise à l'école puis au collège. Pour ce faire, ils la lisent à voix haute, ils créent des textes à la manière du poète que chaque groupe a à étudier, ils la décrivent à leur manière, avec leurs mots, de la façon dont ils ont perçu cette poésie.
En la disant, en la lisant, bien souvent ils parviennent à en saisir "kekchose" pour reprendre Raymond Queneau. Il s'est agi pour eux de présenter à l'antenne des poètes contemporains, sous différentes formes, de faire expérience de leurs lectures, et donc de donner envie aux auditeurs-trices de découvrir cette poésie contemporaine.

Pourquoi avoir choisi de suivre l’aventure POESIE FM ?
C'était une proposition de la Maison de la Poésie de Nantes et de la Bibliothèque départementale de Loire-Atlantique pour l'année scolaire 2014-15. J'ai l'habitude de travailler auprès de collégiens et de lycéens, public auprès duquel j'interviens soit en tant que poète soit en tant qu'intervenante/animatrice, toujours autour d'une sensibilisation à la poésie contemporaine. J'étais très enthousiaste à l'idée de ce projet parce qu'il impliquait des émissions de radio, et j'ai "fait" de la radio à l'âge des jeunes auprès de qui j'interviens, vers 13-14 ans, à l'époque des radios libres, et ce pendant une quinzaine d'années, comme bénévole puis salariée.

Jet FM est une radio indépendante, qui porte une histoire, des valeurs auxquelles je tiens. Et l'idée de réunir radio et poésie était idéale parce que cela implique une prise de parole, d'écrire des textes, de transmettre ce que l'on a compris, ressenti, des poètes abordés, de dire de la poésie à voix haute, de rencontrer, d'interroger un poète (Laurent Huron, Rémi Checchetto). C'est un outil de création formidable : la radio a permis d'être à la fois dans la cuisine et l'arrière-cuisine de la poésie.

Les élèves des différentes classes ont chacun livré oralement leur définition de la poésie. Quelle serait la vôtre ?!
Un ami me dit souvent que plus il lit de la poésie, moins il sait ce que c'est. Ce serait peut-être cela. La poésie échappe à toute définition figée, elle est plastique. Elle permet une extrême liberté. C'est un peu de cette liberté de création, d'expression, de langage, que l'on cherche à transmettre aux élèves, me semble-t-il.