Magazine

Cyril Armange, éditeur

Métier

Avec à son catalogue 400 titres en vingt-cinq années d’existence, Cyril décrit sa structure comme une « modeste » maison d’édition, spécialisée dans les ouvrages régionalistes, le polar français et la jeunesse. Installé près de Nantes, il en est aujourd’hui l’unique cheville ouvrière.

Après une formation et un début de carrière dans le commerce, il a racheté il y a neuf ans d’Orbestier à son propre père, Xavier Armange, lui-même homme-orchestre de l’édition, auteur et illustrateur reconnu. « J’ai essayé une autre voie, mais je devais avoir la fibre familiale ! » résume Cyril.

Passionné et libre
Pour publier quinze à vingt ouvrages par an, ce passionné ne doit pas ménager sa peine. « Je reçois cinq ou six manuscrits par jour. Un éditeur est avant tout un producteur, qui doit faire des choix parce qu’il prend des risques. Pour faire ce métier, il faut être passionné. » Qu’il travaille le texte avec ses auteurs, sélectionne des illustrateurs, compose des couvertures ou des mises en pages, Cyril est seul maître à bord.

« C’est vrai qu’il faut une grosse capacité de travail, mais je suis libre, et c’est l’essentiel. »

Car à ce travail d’édition s’ajoute celui de commercial : il faut « vendre » ses collections à la distribution, convaincre les libraires, se faire connaître et rencontrer ses lecteurs en participant à des salons, développer des actions de communication. Pour tout ça, Cyril se verse entre 1 500 et 2 000 € de salaire par mois, avec parfois un bonus en fin d’année, en fonction des résultats. « Je gagne moins bien ma vie qu’il y a dix ans, mais j’aime aller au travail le lundi ! »

D’Orbestier est aujourd’hui surtout connue pour les ouvrages de Stéphane Pajot, spécialiste de Nantes et de ses histoires, mais Cyril ne ménage pas sa peine pour faire émerger d’autres aspects de sa production. Pour l’édition jeunesse, il a d’ailleurs créé la collection Rêves Bleus, dans laquelle il a aussi publié des livres abordant des sujets graves, comme la maladie d’Alzheimer ou l’alcoolisme, avec beaucoup de finesse.
« J’en suis très fier, même si ce sont des ouvrages plus délicats à vendre. » 


Formations

Bac+2

• BTS Édition – CFA de l'édition,Paris
• DUT Information communication,option métiers du livre – IUT de La Roche-sur-Yon

Bac+3

• Licence professionnelle Métiersdu livre, édition et commerce du livre – IUT de La Roche-sur-Yon
• Licence professionnelle Métiers du livre, édition et commerce du livre – IUT de Bordeaux Montaigne

Bac+5

• Master Métiers du livre et de l'édition – Université de Rennes 2

Formation continue

• Master Métiers du livre et de l'édition, parcours édition, édition multimédia, rédaction professionnelle – Université d’Angers
• Parcours qualifiant : éditeur de livres imprimés et numériques – École des métiers de l’information, Paris