Magazine

Fontaine, autobiographie de l’urinoir de Marcel Duchamp, de Teodoro Gilabert

Livres

Teodoro Gilabert, dans Fontaine, autobiographie de l’urinoir de Marcel Duchamp, paru chez L’Œil ébloui, raconte Marcel Duchamp en donnant la parole à son célèbre urinoir. Lecture de Romain Allais.

Fontaine, autobiographie de l’urinoir de Marcel Duchamp, de Teodoro Gilabert… Voilà un auteur qui a la science du titre accrocheur.

Je ne devrais pas chroniquer les textes dont on me confie la relecture. J’y pénètre trop avant pour en avoir une vue globale. Mais ce Fontaine… allez, qu’on me permette cette entorse à aux règles (souples) que je me suis moi-même fixées.

Marcel Duchamp, c’est ce type qu’a fait d’un urinoir une œuvre d’art. Il le pose à l’envers, y appose la signature R. Mutt (1917), et voilà ! Pour le profane que je suis, ça ressemble un peu, a priori, à du n’importe quoi (et je reste poli car je suis bien élevé).

On s’est longtemps écharpé sur l’intérêt d’une telle démarche artistique, et on s’écharpe encore, sans être plus avancé. On aurait aussi pu s’interroger sur ce qu’en pensait le principal intéressé, mais l’urinoir de Duchamp, mince alors, il ne lui manquait que la parole.

Eh bien Teodoro Gilabert a justement la bonne idée de la lui donner, la parole, à cet urinoir nommé Fontaine. Et là le profane que je suis, un peu moins maintenant, découvre que Marcel Duchamp est un artiste subversif ; que ses ready-made, auxquels appartient l’urinoir, questionnent l’objet d’art, le désacralisent ; que ce Fontaine est devenu un jalon incontournable (et introuvable, du moins l’œuvre originelle) de l’histoire de l’art; qu’un correcteur, si ouvert d’esprit soit-il, voit parfois ses préjugés corrigés par l’auteur qu’il relit.

Moralité, on devrait toujours écouter un urinoir.

Et justement : “Dans le magasin, ce monsieur Duchamp avait l'air de me trouver beau, j'en ai été vraiment fier, et pourtant chez lui, je trouvais surtout des choses moches. . .”

Fontaine, autobiographie de l’urinoir de Marcel Duchampde Teodoro Gilabert, L’œil ébloui, 80 p., 15€, ISBN: 978-2-9541432-9-3.

portail alip