Magazine

Regarder l'océan, de Dominique Ané

Livres

Regarder l'océan paraît chez Stock dans la belle collection que dirige Brigitte Giraud, La forêt.

Regarder l'océan fait suite, si l'on peut dire, à Y revenir, ou plutôt continue cette exploration toujours plus lointaine et profonde des moments d'enfance ou d'adolescence, ces temps où l'on se construit sans le savoir, où l'on découvre ce que l'on ignorait, mais qu'on attendait peut-être : découverte de l'amour, de la mort, de la musique. Premiers émois, son propre corps, celui des filles, premiers chagrins. Conscience du temps qui passe et casse les rêves.

Avec une singulière beauté dans le regard, Dominique Ané revient sur ce qu'il nomme des moments d'épiphanie, c'est-à-dire des moments fugitifs où se révèle avec intensité quelque chose d'essentiel, comme par exemple l'irruption d'un trait de soleil sur un mur : "La façon dont l'obscurité l'accueillait me frappa : elle la laissait prendre place [la lumière], investir le lieu, comme en un accord parfait. Sans le savoir, j'en ai été retourné. Depuis, cette image ne m'a pas quitté. À elle seule, elle aurait pu me convaincre du bien fondé de l'existence."

On songe à ces révélations proustiennes, aux illuminations, mais laissons-là ces pesantes références qui feraient sourire, agaceraient peut-être Dominique Ané qui se veut chanteur (Dominique A pour la scène !) avant d'être écrivain. D'ailleurs, nous confie-t-il, s’il a choisi encore les formes brèves pour ce deuxième volume d'une autobiographie à peine déguisée, "c'est sans doute à force d'écrire des chansons". La parenté bien sûr est évidente entre les pages lues et les chansons entendues, les univers sont les mêmes. Les paysages de solitude, les horizons qui captent le regard, ouvertures vers le rêve, y sont également importants.

Beaucoup de ces courtes histoires racontent des échecs, des renoncements. L'une entre autres, Sous le hangar, est absolument magnifique de retenue et de nostalgie et évoque un rendez-vous manqué avec l'amour. Mais rien n'est jamais triste, et ce qu'on a perdu aide à grandir.

Par ses textes et ses chansons, son talent si singulier, Dominique Ané, impose l'image d'un créateur sensible et attachant « avec la mélancolie en étendard comme porte de sortie ».

Dominique Ané, Regarder l'océan, Stock, 96 pages, 12€50, ISBN : 9782234078949