Magazine

La Région Pays de la Loire acquiert aux enchères le premier manuscrit de Julien Gracq

Actualités

Le Ministère de la culture a apporté son soutien à la Région à hauteur de 50% de l'achat, au titre du fonds du patrimoine. 

La Région des Pays de la Loire, en lien étroit avec le service du livre et de la lecture et le service des musées de France du Ministère de la Culture, ainsi qu’avec la Bibliothèque nationale de France (BNF), s’est portée acquéreur de Partnership auprès de la maison Drouot afin d’assurer l’entrée de ce manuscrit dans une collection publique.

L’œuvre a pu être a être acquise par la Région sous son prix de réserve, pour la somme de 93 600 €TTC. Le manuscrit a vocation à être déposé dans une des bibliothèques du territoire, après avoir été numérisé à ses frais par la BnF.

« L’acquisition du manuscrit Partnership illustre la volonté portée par la Région de faire connaître l’œuvre et la mémoire de Julien Gracq, écrivain natif du Maine et Loire, en particulier à travers le travail de la Maison Julien Gracq. Cette acquisition est également l’occasion d’engager un partenariat resserré entre la maison Julien Gracq, la BnF et le Ministère de la Culture », assure Laurence Garnier, Vice-présidente du Conseil régional en charge de la culture. 

 

Emmanuel Ruben, directeur artistique et littéraire de la Maison Julien-Gracq, explique dans un communiqué de presse publié le 24 juillet dernier : « Partnership, signé Louis Poirier, est un manuscrit autographe de 138 pages daté de 1931 qui serait à ce jour le premier manuscrit connu et achevé d’un jeune homme de vingt-et-un ans qui n’avait pas encore choisi son nom de plume et qui ne publiera son premier roman, Au château d’Argol, qu’en 1938. Ce manuscrit est le récit malheureux d'une amitié de jeunesse que Julien Gracq souhaitait amoureuse et où il se dévoile de façon lucide et touchante. »

La Maison Julien Gracq se réjouit de l’acquisition par la Région des Pays de la Loire, grâce au soutien du Ministère de la Culture, d’un texte inédit de Julien Gracq. Elle souhaiterait aussi que ce manuscrit puisse être conservé dans ses murs, dont les missions patrimoniales et touristiques en font, selon elle, un écrin tout naturel.