Magazine

Fonds Davodeau : la BD du réel au lycée de Beaupréau (49)

Actualités

Saviez-vous que le lycée de Beaupréau, au cœur des Mauges, abrite en ses murs un fonds documentaire unique consacré à la bande dessinée dite « du réel » ? Pas moins de 135 ouvrages qui racontent l’Histoire, la décortiquent, témoignent et offrent ainsi aux élèves une autre manière d’aborder des sujets qui peuvent parfois paraitre compliqués. Il s’agit du « fonds Davodeau », du nom de son donateur.

Etienne Davodeau, la BD du réel et le lycée public des Mauges

Etienne Davodeau, auteur de bande dessinée, est né en 1965 dans un petit village des Mauges. Cette région historique du Maine-et-Loire doit son nom au latin, «  MAUvaises GEns  ». C’est sous ce titre - Les Mauvaises gens, éditions Delcourt, 2005 - que l’auteur a raconté l’histoire de ses parents qui, dans les années 50, ont choisi la voie du syndicalisme et du militantisme pour s’émanciper des carcans imposés à la fois par le patron de l’usine et par le curé du village. Une de leur revendication : la création d’un lycée public. Etienne Davodeau, alors adolescent, prend part à la lutte à sa façon : ses premiers dessins publiés sont ceux qu’il a réalisés pour des tracts du « comité pour un lycée public dans les Mauges rurales »  !

En 2015, le lycée public des Mauges ouvre ses portes à Beaupréau. En mémoire de ce combat citoyen qui aura duré plus de trente ans, la région Pays de la Loire souhaite qu’un dessin extrait de Les Mauvaises gens soit reproduit sur l’un des murs de l’établissement. On peut donc admirer dans le hall une fresque représentant la première pierre du lycée posée par les militants en 1985. L’histoire aurait pu s’arrêter là, avec ce dessin symbolique, mais c’est sans compter la proposition de l’auteur : plutôt que d’être payé pour cette fresque, il a demandé à ce que sa rétribution (environ 2200€) soit reversée au budget du CDI pour l’acquisition d’un fonds documentaire en bande dessinée du réel. Ainsi est né le «  fonds Davodeau  ».

Le fonds Davodeau, une autre manière d'apprendre
Avec le soutien de la Région, Etienne Davodeau a donc travaillé à l’élaboration du fonds, épaulé par François-Jean Goudeau, alors responsable du pôle ressource régional bande dessinée de la médiathèque "La Bulle" de Mazé.  Ensemble, ils ont fait une sélection de 135 bandes dessinées documentaires traitant «  du réel  » – reportages, témoignages, enquêtes – accessibles à un public adolescent. C’est ensuite Claire Morand, professeur-documentaliste du lycée, qui s’est chargée de la saisie des notices et de l’arrangement du fonds. Une petite salle du CDI est désormais consacrée à la BD, avec une partie consacrée exclusivement au fonds Davodeau.
C’est un lieu accueillant et confortable où les élèves peuvent venir lire et étudier en toute tranquillité. Que peuvent-ils y trouver ? La Déconfiture de Pascal Rabaté, qui aborde la débâcle de 40, L’Anniversaire de Kim Jong Il de la nantaise Mélanie Allag, qui présente la Corée du Nord à travers les yeux d’un enfant ; ou encore La Revue Dessinée qui décrypte chaque semestre l’actualité en bande dessinée… Bref, il y a du choix  !
La bande dessinée permet d’aborder tous les sujets et a le mérite de donner à la lecture un côté plus ludique grâce à l’association texte/image et surtout aux choix narratifs, souvent considérés comme moins austères qu’un essai classique.

Afin de faire découvrir ce tout nouveau fonds aux élèves (l’inauguration a eu lieu en décembre 2016), les professeurs travaillent activement à sa valorisation. Des bibliographies thématiques sont en train d’être réalisées afin de guider les lycéens dans leurs recherches. Et surtout, la bande dessinée du réel est intégrée au programme des secondes «  Littérature et Société  ». Les élèves étudient une sélection de BD extraites du fonds Davodeau et un prix littéraire est organisé – prix qui a pour ambition de dépasser un jour les frontières du lycée et de faire participer, entre autres, les collèges de la région.

D’ailleurs, peut-être qu’un jour le fonds Davodeau sera accessible au grand public. Une réflexion est engagée en ce sens, avec l’idée de  mettre en place une convention avec la municipalité de Beaupréau. Parmi les futurs enjeux, il y a également la question de l’enrichissement du fonds : l’ambition serait d’alimenter la collection pour créer une véritable base de référence à disposition des établissement scolaires… Affaire à suivre donc  !

Informations recueillies auprès de Christine Marzelière, chargée de mission livre et lecture à la Région Pays de la Loire, et Claire Morand, professeur-documentaliste du lycée des Mauges.