Magazine

Quand un dandy endimanche le transmédia. Rencontre avec Jérôme Fihey

Rencontre

Quand on rencontre Jérôme Fihey on se demande tout de suite s'il n'est pas en train de vous mener en bateau et de vous raconter des histoires, pas des bobards mais des histoires, de vraies histoires avec beaucoup de fiction dedans. 

Car Jérôme Fihey est un spécialiste. L'instigateur du transmédia (la convergence de médias au service d'une fiction : cinéma, web, mobile, radio, spectacle, sans oublier le livre… ), à Nantes, c'est lui . Avec sa société le Crabe fantôme, née en 2015, il s'est donné pour credo de faire du transmédia l'incontournable médium de la fiction immersive. 

Le territoire, premier média de la fiction transmédia

En 2013, avec Contes de l'Estuaire, diffusés et mis en scène au cœur de la cité, Jérome Fihey fait figure de pionnier du transmédia à Nantes avec l'association Arkham-sur-Loire. Cette réalisation (7 contes fantastiques, 7 médias, 7 réalisateurs) a pour point de départ une disparition et l'invention d'un livre. Un vrai livre objet mais qui reste muet. Ses pages quasi toutes blanches semblent s'être effacées ! Pour Jérôme Fihey le livre plus que jamais est cet objet mythique (mystique ?) sur lequel plane la grande figure de l'écrivain.

“Les gens aiment qu'on leur raconte des histoires” Et ça marche ! Pour ce vrai-faux livre, des libraires appellent pour recevoir l'ouvrage. Les gens courent. La page facebook, consultée assidûment au tempo de la fiction sur le terrain, témoigne de la fébrilité du spectateur-acteur. 

Nous sommes au cœur de l'activité du Crabe, la fiction immersive, perpétuel va et vient entre fiction et territoire. Car la fiction immersive se forge d'abord à l'alchimie d'un territoire : la géographie, le patrimoine, les habitants, les partenaires locaux. 

Et comme ça fonctionne pourquoi ne pas recommencer ? C'est ainsi que naît en 2016 Le Botaniste, une véritable enquête fictive où le fantastique, toujours lui, rode. L'enquête s'adresse au départ aux 8-11 ans. Sa particularité ? Elle est transatlantique. Nantes, pont idéal vers Québec. Ici le divertissement prend une réelle valeur pédagogique. L'événement (la découverte d'une lettre de 1840) s'est développé avec une expo pour aboutir à un spectacle vivant. 

“Le territoire, personnage central, est média [...] Il s'agit de réaliser un événement participatif où enfants, habitants du quartier entrent en relation avec des créateurs (scientifiques, chercheurs, architectes, artistes)”.

Donner à voir de la suite

Perpétuant la tradition du feuilleton né au XIXe, le Crabe fantôme ne se lasse pas de réinventer le genre. Sans cesse tisser des liens avec la lecture. Aujourd'hui quasi-disparu de la presse écrite le feuilleton n'en finit pas de renaitre sous une forme moderne. “Je suis à la fois producteur et à la fois écrivain transmédia. Le terme le plus adéquat est peut-être «  showrunner  » en référence aux séries TV : un peu producteur, un peu auteur.” Le feuilleton est l'idée phare, développée avec Le Botaniste, lui même issu des Contes de l'Estuaire.

L'avenir du transmédia passe par la fiction immersive. L'écrit se métamorphose au contact des autres médias. À propos de la convergence écrit-médias, Jérôme Fihey précise “L’intérêt est la rencontre de différents médias entre eux : cinéma et littérature, théâtre et dessin, etc. Le fait de les confronter interroge chaque média et permet d’expérimenter, d’enrichir. C’est confronter des manières de raconter des histoires”.

Sur un plan économique, le transmédia peine à exister. Le Crabe fantôme, avec le développement de ses projets, commence à trouver sa voie (voir encadrés ci-dessous).

Rappelons-nous Orson Welles et ses envahisseurs. Lors du Botaniste, un journaliste s'esbaudit devant l'état de conservation de la lettre (fictive) découverte au Parc du grand Blottereau. Les gens aiment se faire manipuler, la fiction immersive en est la preuve vivante. Manipuler mais jusqu'à quel point ? Certains diront que les médias le font tous les jours. Garder raison sans cesser de s'amuser et rêver. Et de s'interroger sur ce pouvoir d'influence des médias sur nous autres, simples humains ?


Et demain ? Les projections du Crabe fantôme 

  • Le Botaniste : né en 2016, continuité prévue à la rentrée 2017, puis printemps 2018, l'objectif est de faire événement sous la forme… d'exposition, théâtre, ou conférences et au final, retour au livre avec, sans doute, la création d'un carnet de voyage.
  • Les Murmures du Marais, à Rochefort Océan : écouter les sons enfouis dans la vase des marais ! Commencé au printemps 2016 cette œuvre sonore et théâtrale va se déployer sous d'autres formes dans d'autres lieux de la communauté de communes, cette année et en 2018.
  • Au Parc Astérix : développer en 2018 un parcours ludique sur mobile.

Le coin lecture

Féru de l'esthétique du XIX siècle Jérôme Fihey n'en est pas moins un grand amateur de littérature anglo-saxone contemporaine. En premier lieu vient William S. Burroughs, et pas forcément ses œuvres les plus connues, Ultimes Paroles et Mon éducation, Un livre des rêves.

Dans ce top vient aussi un maître du fantastique : Stephen King, notamment avec Jessie. Et Jérôme Fihey d'ajouter : Dan Simmons, Terreur ; Russell Banks ; Breat Easton Ellis, Lunar Park et un francophone, Jean Ray, avec ses Contes du whisky.