Magazine

Quand la littérature fait éco

« La nature à chaque instant s’occupe de votre bien-être. Elle n’a pas d’autre fin. Ne lui résistez pas. » 

Dans Walden ou la vie dans les bois, paru en 1854, Henry David Thoreau étonne par la modernité de ses propos et prouve que les préoccupations écologiques irriguent la littérature bien avant de devenir un sujet incontournable en ce XXIème siècle bien entamé. De fait, la littérature et l’écologie font bon ménage depuis longtemps aux États-Unis.

Mais qu’en est-il de côté-ci de l’Atlantique ? Pour répondre à cette question, un programme de recherche baptisé ÉcoLitt a été lancé en 2014 à l’université d’Angers. L’idée ? Étudier comment, « dans la littérature contemporaine, les écrivains en Europe, et au-delà, s’emparent des questions environnementales », explique Anne-Rachel Hermetet, responsable du projet. Après trois ans de recherche, l’heure est à la valorisation du travail accompli, avec, entre autres, des publications prévues en 2017 et une exposition intitulée Si Terre…

Mais l’écologie n’alimente pas seulement la recherche universitaire, elle s’invite aussi au quotidien dans des pratiques telles qu’en a proposé l’association nantaise L’Annexe, en partenariat avec l’association Écos. Les participants étaient invités à écrire sur ce qu’ils ont pu observer lors d’une balade dans les quartiers sud de Nantes. « L’idée principale de la collecte en écriture est de laisser la part belle à l’imagination et à l’interprétation libre du paysage », précise Gwenaël Dupont, coordonnateur de L’Annexe.

 

Cet article est lié à l'article suivant : 
Dossier

(SE) CULTIVER

De nombreuses métaphores expriment les liens entre nature et livre. Le patrimoine comme environnement racinaire pour la création …