Magazine

Documentariste spécialisé en portraits d’écrivains

Métier

Thibaut Odiette réalise des films documentaires sur des écrivains. Il a commencé par des films courts, souvent tournés à l’occasion d’une interview promotionnelle chez un libraire. Puis il est passé à la vitesse supérieure en tournant deux longs métrages de 52 mn, le premier Un piéton en 2011 sur François Bégaudeau et le second en 2015 sur Patrick Deville.

Nazairien d’origine, il fréquente le Festival Meeting organisé tous les ans depuis quinze ans par la Maison des Écrivains Étrangers et Traducteurs de Saint-Nazaire, ce qui lui donne l’idée d’approcher la littérature en explorant profondément la manière dont l’écrivain travaille.

« L’écrivain est un artiste solitaire » et pour instaurer une proximité avec son sujet Thibaut Odiette tourne seul, avec une petite caméra numérique. C’est ainsi que pourra « jaillir en images et en paroles ce qui sous-tend l’œuvre, ce qui la travaille et comment elle naît car souvent, même pour l’auteur, c’est un mystère ». Pour ce faire, Thibaut Odiette a choisi de suivre un écrivain pendant plusieurs semaines sans avoir d’échéance, profitant de moments propices pour capter sa réflexion sur la construc-tion de son travail. Il n’a pas vraiment de méthode de tournage, se laissant porter par la situation. Pour le film sur Patrick Deville, il explique avoir suivi  l’auteur « pendant deux ans, entre rencontres publiques, colloques, déambulations dans la rue, interviews en tête-à-tête » puis il a commencé à monter le film en parallèle des prises de vue et « petit à petit la trame est apparue ».

Les limites du métier ?  Selon Thibaut Odiette, « l’exercice ne marche pas avec tous les écrivains. Il faut qu’il y ait une envie de parler, de se confier. Et donc que la curiosité du réalisateur trouve du répondant ».

Thibaut Odiette n’a pas suivi de formation spécifique pour exercer ce métier. Mais il en existe (voir ci-dessous), généralement sur 4 ans. Il en vit, tant bien que mal, et a déjà en tête ses prochains documentaires. 


Les formations

Les documentaristes ont généralement un diplôme ou une formation dans le cinéma obtenus en écoles spécialisées ou à l'université (BTS, licence pro).

Ils peuvent ensuite se spécialiser via un master :

L’Ensad (École nationale supérieure des arts décoratifs) et la Femis (École nationale supérieure des métiers de l'image et du son) proposent dans leur cursus initial de formation le champ documentaire.